Ce billet a tardé à s’écrire… Une manière de dire, on est encore là ! Pas tout à fait parti… Et pourtant, ça y est, des milliers de kilomètres nous séparent de cette ville magnifique de Naplouse ! Des milliers de kilomètres nous séparent des belles âmes qui nous ont accompagnées pendant presque 15 jours. Le matin du départ, doc. B. et trois de nos stagiaires étaient là, puis un autre prof, nous a rejoint… Nous avons pris le café , là où nous avions l’habitude de le prendre tous les matins avant les cours.
L’ambiance était différente, on a bien tenté de blaguer, de parler d’autres choses… Mais l’enthousiasme n’y était pas ! Les yeux étaient humides, le cœur se serrait ! On évitait de se regarder trop longtemps pour ne pas craquer.
Puis notre ami du consulat est arrivé, on a vite chargé les bagages, on est vite monté dans la voiture après de brefs saluts et la voiture s’est éloignée de la fac, laissant nos amis sur le trottoir, laissant un peu de nous-même sur ce trottoir. Puis après deux ou trois chek points, nous arrivons rapidement à l’aéroport de Tel-Aviv. Le contraste est fort, quand on passe « des territoires » à Israël. Les routes ne sont plus les mêmes, les maisons ne sont plus les mêmes, les jardins ne sont plus les mêmes. Mais les barbelés et les murs sont irrémédiablement les mêmes que l’on soit d’un côté ou de l’autre ! Dans l’aéroport de Tel-Aviv, première bière depuis longtemps pour Stéphane et Jean Luc, ça détend un peu…
Pas trop de problèmes pour les contrôles. Puis après une escale rapide par Milan, nous sommes de retour à Paris, Roissy Charles De Gaule ! Notre chauffeur (Gilles) de l’aller est là qui nous attend, comme si le temps s’était arrêté il y a 15 jours !
Fin de notre premier voyage en Palestine. Mais ce n’est que le début d’une longue histoire …